Vue satellite sur Géoportail | Carte IGN sur Géoportail | Carte de Cassini (XVIIIe)
Les vestiges du Castellas - Traces du castellas de Reynier dans l'histoire
Source - Liens - Glossaire

_____________________________________________________________________________________________

Castellas de Reynier Dans cette galerie, nous allons voir les ultimes vestiges du Castellas de Reynier, aujourd'hui tombé dans l'oubli, situé sur le territoire actuel de la commune d'Esparron, à proximité du pas de la Patègue*, ainsi que les paysages somptueux le long du sentier nommé "Chemin de la Casse" qui permet de s'y rendre et qui débute en lacets abrups, à l'Est du deuxième pont à l'entrée de la route qui monte jusqu'à Reynier et Baudinard, blottis à l'ubac de Jouères.

_____________________________________________________________________________________________

Le sentier et les paysages Une fois arrivé au Patègue qui se trouve à environ 2,5 Km à l'Est du point de départ du sentier, je n'avais aucune idée du lieu où trouver le Castellas qui n'est pas clairement indiqué sur ma carte IGN (3339 ET La Motte-Du-Caire 1:25000). Il ne me resta plus qu'à le chercher. Par logique, ce type d'édifice se trouve sur une cime.
Ici, il y en deux possibilités: Une plein nord ou se trouve le sommet d'une crête orientée Est/Ouest que j'ai longée sur presque 600 m en montant et qui s'achève ici, et à l'opposé, la Crête de Charène.
je gravis donc tant bien que mal la première crête jusqu'à son sommet ou je ne trouve aucun vestiges de construction et pas de vue sur la vallée du Sasse et la route de Bayons que la tour était censée surveiller.
Une fois redescendu, je me décide donc à gravir la Crête de Charène en suivant le chemin qui continue de monter en direction d'Esparon la Bâtie. 200 mètres plus loin environ, je trouve une trace qui par plein Nord. Il me semble être sur la bonne voie. Je décide donc de la suivre. Cette petite trace longe la crête sur quelques dizaines de mètres, puis se perd. Je continues tout de même, quand après avoir parcouru encore une cinquantaines de mètres, j'aperçois au sommet d'une élévation au loin, ce qui pourrait être des pierres qui me semblent bien trop alignées pour être l'oeuvre de la nature. N'ayant pas de jumelles, je décide donc de me servir du zoom de mon appareil photo pour confirmer mon impression. Et la, je vois éffectivement les restes d'une construction. C'est bien le castellas qui se trouve la haut, à 200 m à peine. Effectivement, en regardant la carte IGN sur le site de Géoportail au zoom maximum de 1:8000, on voit bien un point noir au Sud/Est du Patègue à une altitude de 1282 m.
Localiser le castellas au 1:8000 sur Géoportail

Les vestiges du Castellas ...

Castellas de Reynier sur le Cête de CharèneDu Castellas, Il reste une belle base de mur, constituée de pierres équarries qui devait entourer une plate-forme d'environ 150 m², supportant une tour dont l'importance stratégique est évidente. Situé à une altitude de 1282 m, ce castelet permettait la jonction visuelle entre les villages de Clamensane et de Bayons. De la, on voit très bien la butte à l'Est du village de Reynier ou se trouvait le Château aujourd'hui disparu et à l'emplacement duquel se trouve le cimetière.

Les traces du castellas de Reynier dans l'histoire ...

Le 28 décembre 1237, les statuts de la baillie de Sisteron indiquent au titre du droit de cavalcade* qu'ensemble le "castrum de Reynier et du Castelet doivent fournir un cavalier avec cheval et un fantassin".

Le 20 juin 1238, le testament de Raimond Bérenger V fait à Sisteron confirme le castrum de Reynier comme élément de sa succession.

Le 3 mai 1244, à la Brillanne, le comte donne en viager l'ensemble des châteaux de la rive gauche de la Durance, dont Reynier, à la comtesse Béatrice sa femme.

Dans un acte du 17 décembre 1271, à la suite d'un différent entre l'évêque de Gap et les habitants de cette ville, un accord est intervenu entre l'évêque Othon et Guillaume de la Gonesa, sénéchal de Provence et de Forcalquier.
Tous les châteaux, terres et juridictions diverses étaient rendus à l'évêque qui rend hommage* à Charles II, comte de Provence.

Le comte lui donne les châteaux de Sigoyer-Malpoil et de Reynier. L'importance stratégique du premier est évidente. Mais pour le second, ce n'est qu'avec la découverte du Castellas et de se position remarquable qu'on peut comprendre l'enjeu de cette donation. Non seulement il surveille la route de Clamensane et Bayons, mais au-delà de ces deux villages, il contrôle également l'ancien chemin de Seyne par la haute Sasse et le col Chauvet.

Limitrophe avec Esparron-la-Bâtie, l'ancienne commune de Reynier est située dans le même contexte de terrain montagneux et difficile. Le castrum de Rainerium apparaît en 1232 et l’église paroissiale en 1274 avec le vicarius de Raynero.

___________
haut de page

Source des commentaires

Les Hautes Terres de Provence Les Hautes Terres de Provence
Itinérances Médiévales
Association Les Hautes Terres de Provence
Editions C'EST-Â-DIRE
(2008)

Ce livre est également disponible à Sisteron à la Médiathèque André Roman

Archéoprovence

Liens ...

Geo-alp - Données Géologiques pour Reynier-Baudinard

Gîte de Baudinard (Alt 1100 m - 1 habitant) tenu par Thierry éleveur de brebis

Glossaire ...

*Patègue
Terrain de pâturage, parcours, lande, espace inculte qu'on laisse autour d'un habitat. Sens étendu: Lieu fréquenté et de passage.

*Cavalcade
Droit du suzerain de lever une troupe constituée d'hommes de différents villages.

*Hommage
Promesse de fidélité et de devoir faite au seigneur par le vassal.

___________
haut de page