Vue satellite sur Géoportail | Carte IGN sur Géoportail | Carte de Cassini (XVIIIe)
Les seigneurs | Le château - Edifices religieux | Sources - Liens - Glossaire
Association "Valavoire au fil du temps" | Accès direct au photos de l'église St Pancrace

Le Village la motte castrale et l'oratoire

ValavoireValavoire est un village perché à 1137m d'altitude situé à environ 15 Km au Sud de La Motte du Caire qui en ai le chef-lieu de canton.

Le toponyme de Valavoire apparaît pour la première fois dans les textes sous sa forme latinisée de Valadoria en 1030. Le village tire probablement son nom de la racine Val, comme Valernes ou Vaumeilh, qui signifie replat en pays montagneux. D'autres interprétations proposent la traduction latine Valvidere qui donne Vallis visu qui signifie vallée à voir.
Roman d'Amat suggère pour sa part Vallis Averis qui signifie Vallée du troupeau. Averagium signifiant troupeau en bas latin.

Les graphies antérieures à 1135 donnent le nom complet sous les différentes formes de Valadoria, Valadoiria et Valle Doria. Plus tard on trouve Valaoira, Valaora, Valaeira et Valaoyra. Au XVIe siècle apparaît la forme Valavoyra ou Valavouire.

Jusqu'à l'époque contemporaine, l'économie pastorale et la vie sociale de Valavoire sont reliées au plateau de Saint Geniez et au massif des Monges. Ainsi, au XIXe siècles, les habitants du village qui désiraient se rendre au marché de Sisteron passaient par Saint- Géniez et Entrepierre.

A la Révolution, fut créé un nouveau canton dont le chef-lieu était l'important village de Saint-Geniez de Dromon qui comptait alors un bureau de poste et un notaire. Valavoire fut regroupé avec Chadavon, Châteaufort, Authon, Feissal, Saint-Symphorien, Vilhosc, Entrepierres et Reynier. Il s'agissait là d'une grosse partie du domaine médiéval de l'abbaye Saint-Victor de Marseille.

Les habitants de Valavoire, appelés les Tacouraires vivaient serrés dans le village blotti contre la motte castrale et dans une série de hameaux comme le Claux, la Bourasse, le Clot, Gigouret, les Sénières, la Brode, la Blache et l'Aco de Moussu ou Aco de Maçon.

Les Seigneurs

blaon ValavoireEn 1135, La seigneurie principale est l'abbaye de Saint-Victor de Marseille. A partir du XIIIe siècle, en 1241 et jusqu'au XVIIIe, ce sera la famille Valavoire. D'origine chevaleresque, cette famille importante dont la lignée s'éteindra avec la Révolution, s'allia à diverses maisons et fut en possession de la quasi-totalité des terres de la seigneurie.

Ces seigneurs furent également partiellement ou temporairement ceux de Châteaufort, de la Pène, de Vaumeilh, d'Authon, de Dromon, de Brianson (commune d'Authon), de Volx, de Saint-Geniez, de Montlaux, de Malfougasse et de Volonne. Ils portent également le titre de marquis de Volx (ou Vaux).

Raimond, chevalier seigneur de Valavoire fut le fondateur de cette famille. Son descendant, Antoine II seigneur de Valavoire et de Volx, épousa Marguerite de Forbin-Janson. Leur succésseur, Alamède de Valavoire, engendra la lignée des comtes de Montlaux et celle des marquis de Volx.

Cette famille s'illustra à l'Epoque moderne* dans la carrière militaire. Ainsi :
Pierre III, seigneur de Valavoire, fut viguier de Marseille en 1628 et capitaine de chevaux-légers* en 1648.
Palamède de Valavoire, comte de Montlaux, fut capitaine de chevaux-légers en 1665 puis major au régiment d'Armagnac.
Balthazar fut page d'Henri II.
Gaspard, seigneur de Volx fut capitaine de chevaux-légers et gouverneur de Sisteron.
François-Auguste fut marquis de Volx, lieutenant général des armées du roi et gouverneur de Messine, de Valence et de Sisteron.

Les Valavoire s'illustrèrent également durant les guerres de religion :
Antoine II a neuf enfants: Jean, Gaspard, Balthazar, Scripion, Alexandre, César, Hercule, Palamède et Marguerite.

Jean, catholique et capitaine de 200 hommes d'armes, est assassiné à Orléans aux côtés de son chef, Henri 1er.
Gaspard, catholique, et Scipion, huguenot, sont deux frères ennemis et combattent l'un contre l'autre en 1567 et 1568 pour l'occupation de la citadelle de Sisteron.
Alexandre, protestant, est assassiné à la cour de Catherine de Médicis.
Palamède fait partie de l'armée royale. Il aurait procuré au roi Henri III la réddition de la ville de Seyne, place forte des calvinistes.
Hercule sera fait chevalier de l'ordre de Malte en 1573, comme le seront à leur tour Pierre et Palamède en 1642, Nicolas en 1677 et Auguste-Isidore en 1684.

D'autres furent ecclésiastiques et certains furent marchands, comme François qui, au XVe siècle, est marchand de chausses à Forcalquier.

___________
haut de page

Le château

Valavoire - Le châteauLe village actuel est implanté au pied du versant Sud d'une butte dont le nom local le barri rappelle le souvenir d'une enceinte fortifiée. C'est au sommet de cette butte que se dressait le château. Il reste quelques vestiges datés du XIVe à la base au Sud et à l'Est que vous pouvez voir dans la galerie sur le village.

Le castrum* de Valavoire est cité dans le douaire* assigné par le comte Raimond Bérenger V à son épouse Béatrice de Savoie, le 18 septembre 1232 et confirmé dans son testament le 20 juin 1238. A l'inverse de la majorité des châteaux de cette époque, Valavoire n'est pas cité dans les status de la baillie de Sisteron (1237) et ne semble pas devoir un service militaire. On n'en connait pas la raison.

La démolition du château de Valavoire est décidée par les administrateurs du district de Sisteron en 1793. Le château était déjà à cette époque en ruine. L'abandon des bâtiments sur les parties supérieures de la butte était déjà engagé au XVIIe siècle au profit du quartier de la Grande Rue en contrebas.

C'est dans cette rue que se trouvaient les fours à pain, la boutique du maréchal férrant et la nouvelle résidence des seigneurs du lieu, acquise en 1606. Ceux-ci étaient également propriétaires de bâtiments en deux corps avec maison, écurie, greniers à foin, régales, aires, jardins, chenevriers, près, terres et hermes au quartier du Serre.

Les édifices religieux

Eglise St Pancrace de ValavoireSur le plan religieux, Valavoire dépendait de l'évêché de Gap et fut rataché au diocèse de Digne après la Révolution.

Une église Saint-Pierre est mentionnée en 1113 dans les posséssions de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille. Rien ne permet aujourd'hui de l'identifier ni de la localiser.

L'église paroissiale de Saint-Pancrace date du XIIIe siècle et est d'architecture romane montagnarde. Elle est sumontée d'un clochet-mur orienté Est/Ouest comportant deux cloches. Elle a été restaurée à plusieurs reprises. Sa nef compte deux travées voûtées en berceau brisé, séparées par un doubleau de section rectangulaire retombant sur un pilastre. Un arc triomphal à double rouleau donne dans le coeur formé par une travée rectangulaire voûtée en berceau brisé. On y accède par une porte étroite à l'Ouest surmontée d'un oculus.

Association "Valavoire au fil du temps"

Cette association a pour but de recueillir les témoignages des anciens qui ont vécu au village, et tenter de faire revivre le passé par les lieux et les anecdotes de leur vie.

Elle est à la recherche de témoignages, photos (antérieures à 1945 particulièrement) et de tout document en général qui pourrait les aider dans leur tâche.

Pour la découvrir et l'aider dans sa tâche, autorisation m'a été donnée de mettre à votre disposition ici le bulletin n° 2 d'octobre 2012 distribué aux adhérents.

Si vous ètes en mesure d'aider cette association, vous pouvez contacter son trésorier via le n° de téléphone visible en page 1 du bulletin ci-dessous.

Valavoire au fil du temps Bulletin n° 2 - Octobre 2012 (cliquez l'icone PDF ci-dessous)

PDF - Valavoire au fil du temps - n° 2 - 10/2012Page 1 - Le mot de la présidente
Pages 2 à 4 - Une histoire très Claire
Pages 5 à 7 - Le recensement communal de 1836 à 1906

Source des commentaires

Les Hautes Terres de Provence Les Hautes Terres de Provence
Itinérances Médiévales
Association Les Hautes Terres de Provence
Editions C'EST-Â-DIRE
(2008)

Ce livre est également disponible à Sisteron à la Médiathèque André Roman

Valavoire sur Wikipédia

Liens

Geo-alp - Données Géologiques pour Valavoire

Glossaire

*Castrum
Terme d'origine latine qui désigne un camp militaire. Au Moyen-Âge, il désigne un ouvrage fortifié, une tour, la plupart du temps en bois puis bâtie en pierre aux XIe et XIIe siècles. Il donne le mot château à comprendre dans le sens militaire et de protection.

*Douaire
Il s'agit d'un droit ancien désignant la portion de biens que le mari réserve à son épouse dans le cas ou celle-ci lui suirvivrait. La bénéficiaire est dite douairière. Le douaire est un élément fondamental du droit des gens mariés sous l'Ancien Régime.

*Chevaux-léger
Les chevaux-légers sont des soldats appartenant, comme leur nom l’indique, à la cavalerie légère. Créés en 1498, les chevaux-légers sont plus légèrement équipés et armés que les autres corps de cavalerie.

*Epoque moderne
Période allant de la fin du Moyen-Âge (1453 - chute de Constantinople) à la Révolution (fin du XVIIIe siècle).

___________
haut de page